3 secrets sur le fondateur de Playboy, décédé le mois dernier

Vous connaissez tous la marque Playboy, donc le logo est à l’effigie d’un lapin et inspire un monde plutôt coquin. Mais connaissiez-vous son créateur, Hugh Hefner, décédé le mois dernier ? Voici quelques secrets à son sujet.

Playboy perd son fondateur

Playboy, ce n’est pas seulement une marque coquine qui vent des gode en forme de main pour fist. Non, Playboy, c’est en fait un magazine créé en 1953 et vendu dans une vingtaine de pays, mais aussi tout un manoir dédié à l’érotisme et même une chaîne de télévision ! Tout un empire qui a aidé à lever le tabou sur l’attraction et la sensualité.

Tristement, le mois dernier, Playboy a perdu son créateur, Hugh Hefner, à l’âge de 91 ans. Comme quoi le plaisir fait vivre longtemps… Surnommé par le magazine Time « le prophète de l’hédonisme pop », Hugh Hefner était une icône aux multiples facettes. Selon son fils Cooper, il aurait vécu une vie exceptionnelle en tant que pionnier des médias et de la culture et comme porte-parole de certains des mouvements culturels et sociaux les plus significatifs de notre époque.

Les petits secrets de Hugh Hefner

Derrière l’ambassadeur du sexe se cachait donc un homme noble et respectable. Voici 3 secrets dont vous n’avez sans doute pas conscience.

Il est issu d’un milieu protestant, conservateur et puritain

Qui aurait pu croire que la plus grande icône de l’érotisme pouvait provenir d’un milieu protestant, conservateur et puritain ? Et pourtant, c’est justement cette éducation répressive qui l’a inspiré à fonder la marque Playboy et à vivre la vie qu’il a vécu, en réponse à l’hypocrisie et la douleur vécues lors de sa jeunesse.

Il possède une formation de journaliste

Envoyé au service militaire en pleine seconde guerre mondiale, il doit d’abord être dans l’infanterie, mais sa capacité à utiliser une machine à écrire lui octroie une place dans les bureaux. Il y travaille pour la revue de l’armée et y exerce ses talents de dessinateur. Plus tard, il crée Playboy, le premier magazine lifestyle de l’homme moderne à montrer des seins nus, les célèbres playmates occupant les pages centrales. Une révolution à l’époque où le tabou sur le sexe était encore très ancré.

Il était militant de la cause gay et investi en politique

Plus qu’un porte-parole, il était également très investi en politique par un engagement marqué pour le camp progressiste. Il aurait d’ailleurs donné plus de 65 000 dollars pour le financement des campagnes des démocrates depuis 1999, selon le site CampaignMoney.com. D’autre part, il était également très engagé pour les droits de la communauté homosexuelle. En 1955 déjà, il autorisait la publication de « The Crooked Man », un récit de science-fiction de Charles Beaumont, dans lequel un hétéro est persécuté par une société homosexuelle. Vivement critiqué à l’époque, il réplique que « s’il est injuste de persécuter des hétéros dans une société homosexuelle, alors le contraire est injuste aussi ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *