Voyage en avion : quelles mesures sanitaires ?

Pour le bonheur de tous, les compagnies aériennes sont de nouveau ouvertes. Elles ont bien entendu établi un plan sanitaire pour protéger les voyageurs du coronavirus, ce qui est rassurant à l’approche des vacances d’été. Voici ce qui change pour vous.

Des destinations plus lointaines

Dès le 1er juillet 2020, il sera possible de voyager hors de l’UE, à condition que l’épidémie soit maîtrisée dans les pays de destination. Il faut toutefois noter que dans les aéroports et dans les avions, le confort sera mis de côté puisque les règles d’hygiène priment sur le bien-être secondaire. Par conséquent, les trajets en avion seront dénué de bons petits mets (services de restauration limités voire suspendus).

Masque obligatoire avant l’embarquement

Comme on s’y attendait, le port du masque, qu’il soit chirurgical ou en tissu, est obligatoire pour entrer dans l’aéroport et dans l’avion. Les voyageurs qui se présentent sans masque se verront refuser l’embarquement. Les compagnies aériennes invitent les touristes à se munir de plusieurs masques puisqu’ils devront être changés toutes les quatre heures. Sans surprise, les enfants de moins de 11 ans échappent à cette règle et ne sont pas contraints de porter un masque.

En outre, les passagers pourront être soumis à un contrôle de température corporelle via un thermomètre infrarouge (qui s’effectue sans contact). Si la température est supérieure à 38 °C, le voyageur pourrait se voire refuser l’embarquement.

Pour limiter au maximum les contacts, les aéroports préconisent l’utilisation des applications pour signaler la perte d’une valise de voyage, ainsi que l’impression de ticket de bagage à domicile, etc.

Distanciation physique

A bord de l’avion, la distanciation physique est de mise avec la règle du mètre de distance entre chaque passager. D’après Air France, ce n’est pas un souci puisque les « faibles taux de remplissage actuels permettent la mise en place d’une distanciation physique ». De plus, la plupart des aéroports pratiquent l’embarquement cadencé : l’entrée se fait par l’arrière de l’appareil pour aller vers l’avant, afin de limiter des croisements au sein de l’avion.

Les passages aux toilettes sont bien sur autorisés mais sont encadrées (interdit de faire la queue, demander l’accès à l’équipage). Enfin, la distribution d’eau est autorisée. En revanche, sur les vols courts, les services de restauration sont pour la plupart suspendus. En ce qui concerne les vols long-courriers, les compagnies misent sur des plats emballées individuellement avec du film transparent.

Pour terminer, il est possible d’être à nouveau soumis à des tests de température avant de récupérer les valises et de répondre à un questionnaire de santé. En cas de doute, les agents de santé publique de l’aéroport peuvent mettre un terme au voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *