Black Swan : le thriller sombre et brillant de Darren Aronofsky

0
440

En 2010, le réalisateur de talent Darren Aronofsky s’est acquis une réputation internationale avec son film Black Swan. Natalie Portman y joue Nina, une jeune danseuse qui rêve d’obtenir le premier rôle dans Le Lac des Cygnes. Son obsession pour la danse et la réussite l’entraînent dans une spirale psychotique qui la mène jusqu’à la folie dans un final époustouflant.

Black Swan : un film rapidement devenu culte

Darren Aronofsky n’était pas un jeune réalisateur devant prouver ses qualités quand Black Swan est sorti. Dix ans plus tôt, il avait déjà époustouflé le monde entier avec un autre film devenu culte : Requiem for a dream. Entre temps, il avait réalisé deux films : The Fountain et The Wrestler, tous les deux acclamés par la critique et le public, mais sans l’éclat de son premier film à succès.

Avec Black Swan, Darren Aronofsky a confirmé ses qualités de réalisateurs incontournables. Alors que son nom était presque inconnu, même pour les fans de Requiem for a dream, la sortie de Black Swan a fait de lui un auteur à part entière, un réalisateur qui compte. Un film culte, ce n’est malheureusement pas assez pour faire un auteur culte. Après la sortie de son film sur l’univers de la danse classique, Darren Aronofsky est devenu un auteur culte.

Il faut dire que le film a rapidement fait parler de lui. Il a parcouru les festivals et sa réputation a très largement précédé sa sortie. Avant même que le public puisse le découvrir, le film était déjà annoncé comme l’un des meilleurs de l’année 2010. Le film et son réalisateur ont d’ailleurs été nommés aux Oscars, tout comme l’actrice Natalie Portman, le directeur de la photographie et le monteur.

Le Lac des Cygnes moderne

Là où le génie du film s’exprime le plus, c’est dans l’adaptation officieuse et informelle qu’il fait du Lac des Cygnes de Tchaïkovski. Le scénario de Black Swan reprend les prémisses du ballet en racontant l’histoire d’une rivalité mortelle entre le cygne blanc et le cygne noir. Dans cette adaptation moderne, tout l’enjeu est de comprendre si Nina (Natalie Portman) est le cygne noir ou le cygne blanc.

Dans le ballet d’origine, le cygne noir est la fille d’un sorcier mal intentionné qui tente d’abuser un prince tombé amoureux d’une jeune femme. Cette jeune femme que le prince aime a été frappée par un sort lancé par le même sorcier. Chaque jour, elle se transforme en cygne blanc pour ne redevenir femme qu’à la tombée de la nuit. L’oiseau noir essaye donc de prendre la place du cygne blanc en abusant le prince. La même dynamique est réutilisée dans Black Swan.

Cependant, Darren Aronofsky ne se contente pas de recopier le scénario de l’œuvre de Tchaïkovsky. Il transpose la dynamique entre les personnages dans un New York moderne et au cœur des intrigues sombres et sordides qui se jouent parfois dans les coulisses des plus grands opéras du monde. Ainsi, il réactualise les éléments fondamentaux qui ont fait le succès du ballet de Tchaïkoski : l’amour, la jalousie, la haine et tout ce que ces trois émotions nous poussent à faire quand elles nous obsèdent.

Black Swan : une mise en scène pointilleuse

Un projet aussi ambitieux que Black Swan n’aurait pas rencontré le succès qu’il a finalement eu sans un grand travail de mise en scène. Darren Aronofsky était indubitablement le réalisateur dont ce film avait besoin. S’il s’est fait connaître pour ses thèmes récurrents tournant tous autour de la question de l’obsession, c’est bien parce qu’il est lui-même d’un tempérament obsessif.

La réalisation de Black Swan est précise et pointilleuse. Tant et si bien qu’il est possible de voir le film de nombreuse fois pour y analyser tout ce qu’il y a à voir et qui pourrait échapper à l’attention du spectateur lors d’un premier visionnage. Depuis le début de sa carrière, Darren Aronofsky a d’ailleurs reçu de nombreuses récompenses.

Natalie Portman et la danse : une belle performance

Natalie Portman tournag Black Swan

La réalisation n’est pas la seule clé du succès d’un film. Le cinéma est un travail collectif et l’actrice Natalie Portman n’a pas ménagé sa peine pour s’assurer que les scènes de danse seraient crédibles. Bien sûr, elle était doublée, notamment pour les scènes acrobatiques, par l’une des meilleures danseuses du monde. Cependant, comme l’emploi du temps de cette doublure était très serré, une deuxième danseuse a également doublé l’actrice pour des plans plus rapprochés.

Néanmoins, Natalie Portman s’était tellement entraînée pendant de longs mois, qu’elle fut capable de réaliser elle-même plusieurs scènes de danse. Une détermination qui a permis au réalisateur de filmer certains mouvements sans craindre de révéler la supercherie d’une doublure. L’extraordinaire performance de Natalie Portman ne se trouve donc pas seulement dans son jeu, mais aussi dans l’impact que son travail a eu sur les possibilités qu’il offrait à la mise en scène.

De nombreuses récompenses pour toute l’équipe

Si Black Swan est devenu culte, c’est aussi parce que l’engouement des critiques et du public pour des performances extraordinaires a aussi été récompensé par de nombreux festivals et de nombreuses cérémonies comme les Golden Globes et les Oscars. En plus des quatre nominations aux Oscars et des neuf nominations aux BAFTA AWARDS, le film Black Swan s’est vu notamment attribué deux nominations aux Golden Globes.

L’actrice Natalie Portman, qui s’est prête au rôle de danseuses étoile avec une finesse sans égale, a reçu un Oscar. Après des entraînements de longues haleines, pendant plus d’un an, la comédienne a mis du cœur à l’ouvrage pour se glisser dans la peau d’une ballerine psychologiquement instable, qu’elle considère comme le rôle de sa vie. Pour les pas de danse les plus ardus, le réalisateur du film a fait appel à une danseuse professionnelle très talentueuse : Sarah Lane.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici