Criminalisation des protestations pacifiques : mobilisation pour Abdallah Abu Rahmah‏

24/08/2010

par Popular Struggle Coordination Committee - Traduction : ISM

Aujourd’hui, 24 août, Abdallah Abu Rahmah, coordinateur du Comité Populaire de Bil’in, a été reconnu coupable d’incitation et organisation de marches illégales par un tribunal militaire israélien après un procès politique spectacle qui a duré huit mois, pendant lequel il a été maintenu derrière les barreaux.

Persécuté pour son rôle clé dans l’organisation de la campagne couronnée de succès de la base populaire contre le mur et les colonies exclusivement juives sur la terre de Bil’in, Abdallah a été condamné à partir de témoignages extorqués à des mineurs arrêtés en plein sommeil, et aucune preuve matérielle n’a été présentée pendant tout le procès.

Nous attendons maintenant la sentence d’Abdallah, mais il fait face à des années de prison. C’est maintenant le dernier moment pour agir, et il n’est pas encore trop tard.

L’année dernière, dans la nuit de la Journée internationale des Droits de l’Homme, le jeudi 10 décembre à 2h du matin, Abdallah Abu Rahmah a été arrêté chez lui, à Ramallah, en Cisjordanie. Sept jeeps militaires ont encerclé sa maison et les soldats israéliens ont enfoncé la porte, sorti Abdallah de son lit et, après l’avoir autorisé à dire rapidement au revoir à sa femme et à leurs trois enfants – Luma, 7 ans, Lian, 5 ans et Laith, bébé de 8 mois – ils lui ont bandé les yeux et l’ont emmené en garde à vue.

Aidez-nous à transmettre le message qu’Abdallah Abu Ramah et les autres prisonniers de la lutte populaire doivent être protégés.

Abu Rahmah ne se retrouve pas derrière les barreaux parce qu’il est dangereux. Abdallah, qui fait partie des leaders du village palestinien de Bil’in, est considéré comme une menace pour ses cinq années de travail dans la lutte non armée pour sauver la terre du village volée par le mur d’Israël et l’expansion des colonies.

En tant que membre du Comité Populaire et coordinateur depuis sa création en 2004, Abdallah a représenté le village de Bil’in dans le monde entier. En juin 2009, il était présent à Montréal pour une action en justice interjetée par le village contre deux entreprises canadiennes qui construisent, en toute illégalité, des colonies sur la terre de Bil’in ; en décembre 2008, il a participé à un cycle de conférences en France, et, le 10 décembre 2008, un an exactement avant son arrestation, Abdallah a reçu la Médaille Carl Von Ossietzky pour Service remarquable pour la réalisation des Droits de l’Homme qui lui a été remise par la Ligue internationale des Droits de l’Homme à Berlin.

L’été dernier, Abdallah se tenait côte à côte avec des lauréats du Prix Nobel de la Paix et activistes des droits de l’homme de renommée internationale, discutant de la campagne de la base populaire de Bil’in pour la justice lorsque les « Elders » ont visité son village.

Cet été, il va peut-être être envoyé en prison pour des années, exactement pour son implication dans cette campagne.

La condamnation scandaleuse d’Abdallah aujourd’hui sera suivie par un verdict dans les prochaines semaines. La somme de pression que nous serons à même de générer peut influencer la sentence d’Abdallah, mais enverra également aux autorités israéliennes le message clair que la répression de la lutte populaire a un coût politique.

Merci d’utiliser les modèles de lettre ci-dessous, que nous avons préparés pour demander à votre Ministre des Affaires étrangères d’envoyer une demande officielle au gouvernement israélien au sujet d’Abdallah. Demandez que votre pays fasse pression sur les responsables israéliens pour qu’ils libèrent Abdallah Abu Rahmah et qu’ils cessent de cibler la lutte populaire.

France | Allemagne | Espagne | Italie | Pays Bas | Portugal | République Tchèque | Royaume Uni | Suède | USA | Canada, écrire à Lawrence Cannon, Ministre des Affaires Etrangères : Cannon.L@parl.gc.ca